Normalisation

Des normes et standards au service de tous

LA NORMALISATION, VECTEUR STRATEGIQUE POUR LA PROFESSION

La normalisation contribue à la croissance des économies. Une étude de l’AFNOR de 2009 estime cet impact à 0,81% du PIB annuel, soit près de 25% de la croissance du PIB.

La normalisation est un véritable levier de compétitivité pour les entreprises et les Etats. Elle permet à la profession d’exercer son influence en faveur d’une évolution pérenne et qualitative du marché via une montée en gamme au niveau international.

Dans le domaine des nouvelles technologies de l’efficacité énergétique et des réseaux intelligents, l’enjeu de la normalisation est aujourd’hui de soutenir le déploiement des nouveaux modèles énergétiques dans une approche d’écologie industrielle durable.

UN ROLE STRUCTURANT DANS L’EVOLUTION DES MARCHES

La profession s’est depuis longtemps investie dans la normalisation avec comme premier objectif d’assurer la sécurité électrique des biens et des personnes.

Elle a développé en ce sens toute une série de bonnes pratiques dans la diffusion de ses produits en se calant en particulier sur les références normatives internationales (CEI), européenne (CENELEC) ou locales.

La normalisation intègre aujourd’hui des nouveaux objectifs ambitieux et structurants de progrès environnemental, social et technologique. Elle joue un rôle essentiel dans la mise en œuvre des directives et réglementations.

 LA FORTE IMPLICATION DU GIMELEC DANS LA NORMALISATION

Le Gimélec suit 90 des 150 Commissions de normalisation de l’UTE, 3  Comités d’Orientation  stratégique AFNOR, 1 Commission BNTEC et 2  Commissions UNM. La profession tient des positions stratégiques fortes en Europe et à l’international :

  • IEC : Le Gimélec détient 8 présidences de comités techniques sur un total de 19 détenues par la France et 11 secrétariats sur 24. La France occupe ainsi la 3ème position après  l’Allemagne et les USA.
  • CENELEC : Le Gimélec détient 3 présidences sur un total de 15 détenues par la France et 2 secrétariats sur un total de 11. La France occupe la 3ème position après l’Allemagne et le Royaume-Uni.
  • IEC – CENELEC : animation de 33 Working Groups (WG).
  • UTE : 26 présidences de Commissions





EN VIDEO

Reporting RSE : un Guide sectoriel pour la filière de l’équipement électrique