Smart Grid & ENR

Des infrastructures énergétiques intelligentes et durables

UN NOUVEAU MODELE ENERGETIQUE

L’urgence environnementale et économique a poussé nos sociétés à imaginer un nouveau modèle énergétique : moins énergivore, plus respectueux de l’environnement, mais aussi plus efficace car nous aurons toujours besoin d’énergie pour fournir toujours plus de services dans toutes les régions du monde qui connaissent par ailleurs une montée de leurs classes moyennes entraînant elle-même une urbanisation croissante. Pour réussir ce difficile numéro d’équilibriste, le modèle historique hérité des trente glorieuses, qui était conçu pour produire et transporter de grandes quantités d’énergie, de façon unidirectionnelle et centralisée, devra évoluer. La transition énergétique, dont plus personne ne conteste la nécessité aujourd’hui, doit ainsi permettre de définir un système énergétique adapté aux enjeux du 21ème siècle.
Ce nouveau système énergétique, plus flexible, plus réactif et moins carboné devra être capable d’assurer le dialogue permanent entre sources délocalisées de production d’énergie renouvelable, postes de consommation énergétique et systèmes de stockage décentralisés. Pour cela, les innovations dans les technologies des automatismes, du numérique et du pilotage des systèmes énergétiques sont en train de converger pour permettre la mise en œuvre de cette « intelligence » et ainsi le déploiement du Smart Grid.

Le Smart Grid, associé à l’intégration des ENR, permet de répondre aux enjeux auxquels nous faisons aujourd’hui face 

- réchauffement climatique
- saturation et fragilité des réseaux électriques péninsulaires
- gestion de la pointe
- gestion des nouveaux usages de l’énergie tels que le véhicule électrique
- croissance des technologies de l’information
- enjeux géopolitiques liés à l’énergie
- compétitivité, etc.

POUR UNE POLITIQUE VOLONTARISTE

Plusieurs pays ont d’ores et déjà mis en œuvre une politique d’investissement massif dans les énergies renouvelables et le « smart grid », le trio de tête étant constitué de la Chine, des Etats-Unis et de l’Allemagne.
Le déploiement du Smart Grid et l’intégration des ENR sur le territoire ne pourront se faire qu’avec l’impulsion d’un soutien public en termes d’investissement mais aussi et surtout d’une nouvelle régulation du marché de l’énergie. A ce titre, le Gimélec s’implique, notamment en accompagnant l’écosystème d’entreprises qu’il représente, dans des efforts accrus de recherche et développement, afin qu’émergent rapidement des démonstrateurs à l’échelle d’une ou plusieurs métropoles ou régions pour les réseaux électriques intelligents.

LES AXES DE PROGRES : NORMALISATION, SECURITE DES DONNEES, FINANCEMENT

La convergence des technologies du numérique et de l’énergie nécessite des travaux de normalisation aux niveaux français, européens et internationaux, travaux auxquels les experts du Gimélec contribuent activement.
Par ailleurs, le Gimélec identifie plusieurs axes de progrès pour le marché français afin de conforter le leadership de l’industrie française sur la scène internationale, et notamment :

• une réglementation exemplaire sur le marché domestique en termes de protection des données et de cybersécurité pour permettre aux acteurs de s’engager en toute confiance dans la transition énergétique,
• la définition des conditions économiques et financières de ces nouvelles façons de produire, transporter et consommer de l’énergie (tarifs d’autoconsommation de l’énergie, tarifs de vente, rémunération de l’effacement, TURPE).





EN VIDEO

En route vers la COP21 : l’électricité pour la vie, l’électricité pour le climat